Article de Nutrition Prise de conscience

L’iode : essentielle mais incomprise

L'iode, indispensable à la santé

De tous les éléments essentiels pour l’Homme, l’iode est le plus incompris et incertain

Raul Vergini
L’iode : on l’oublie beaucoup trop souvent

L’iode qui sait ce que c’est franchement ?
Qui sait à quoi ça sert ?
Qui s’y est déjà intéressé ?

Pas grand monde n’est-ce pas ? L’iode est un élément oublié, ou méprisé : si la Thyroïde est pour beaucoup d’endocrinologue “un truc vague” l’iode l’est encore plus !

Pourtant présente partout !
Elle se concentre principalement dans le système glandulaire : thyroïde, glande lacrymale, prostate, ovaire,… mais elle se trouve également dans CHAQUE cellule de notre organisme.

Elle est PARTOUT !

Les apports journaliers recommandés

Ah on les connait ceux là : un peu comme tous les apports journaliers recommandés des autres suppléments, ils ne sont pas calculés pour vous garder en santé,
mais pour que vous ne soyez pas gravement malade.

Et la différence est énorme.
Parce qu’en être gravement malade à deux doigts de mourir,
Et être en pleine santé,
Il y a un fossé !

Normalement, l’apport minimal conseillé est de 150 µg/j à partir de 10 ans.

notre gouvernement

La quantité journalière nécessaire pour conserver une quantité suffisante d’iode dans tout l’organisme est d’au moins 12,5mg (soit 2 gouttes de la solution de Lugol), soit cent fois l’AJR officielle de 150 μg

Dr Abraham – Plus grand Spécialiste de l’iode au monde

D’ailleurs, beaucoup pensent qu’en consommant du sel iodé ils seront à l’abri d’une carence et de problèmes de thyroïde : ils se sont bien fourrés le doigt dans l’oeil.
Et je te rassure : NOUS AUSSI !

NB : je rappelle par la même occasion que Morgane a une Hypothyroïdie auto-immune, Hashimoto, et qu’en apprenant ça, nous aussi on est tombé de notre chaise.

Morgane et son hypothyroïdie depuis près de 10 ans, a découvert sa nouvelle meilleure amie !

Une étude marquante entre les années 70 et 2000

Aux USA entre les années 70 et 2000, des médecins ont vérifié les carences en Iode de la population. Tiens toi bien :

  • les carences en iode ont augmenté de 50%
  • les femmes enceintes carencées en iode ont augmentées de 690% (pas de faute de frappe)
  • la population américaine en carence sévère a augmenté de 600% (pas de faute de frappe non plus)
  • mais surtout : des études ont prouvé que la mortalité néonatale baissait de 50% avec des taux d’iode corrigés.

Mais à quoi ça sert vraiment l’iode ?

Une longue liste !
l’iode sert à tout !

  • à la sécrétion d’hormone thyroïdienne
  • capable de déclencher l’apoptose (mort cellulaire programmée) indispensable au remplacement des cellules de notre organisme
  • élimine les substances toxiques (comme le fluor)
  • supprime l’auto-immunité et renforce le système immunitaire
  • a un effet protecteur contre une bactérie responsable des ulcères et des cancers de l’estomac
  • puissant antiseptique que l’on peut aussi utiliser localement
  • AUCUN globules blancs ne peut nous protéger des infections sans de bonnes quantités d’iode
  • améliore la sensibilité des tissus à l’insuline et autres hormones

L’iode, “médecine universelle”

On sait que plus nous avançons, plus nous nous rendons compte que les Laos pharmaceutique sont décidé de mener la guerre aux produits naturels et efficaces.

“Médecine naturelle” était avant, le deuxième nom de l’iode. Utilisée pour les pathologies respiratoires, maladies pulmonaires chroniques, l’asthme, syphilis, …

En 1997, le Dr Abraham – spécialiste de l’iode, le plus réputé du monde – donna naissance au Iodine Investigation Project et prouva les actions thérapeutiques de l’iode :

  • antibactérienne
  • antivirale
  • antitumorale
  • antiparasitaire
  • mucolitique
  • alcalanisante

Et par la même occasion, il put traiter avec succès les pathologies suivantes :

  • goitre
  • maladie de la thyroïde
  • artérisclérose
  • pathologies du sein
  • mastopathie fibrokystique
  • maladie de Dupuytren
  • excès de sécrétion de mucus
  • fatigue
  • hémorroïdes
  • migraines
  • hypertension
  • infections
  • chéloïde
  • maladies du foies
  • syndrome néphrotique
  • maladies des ovaires
  • lithines parotidienne
  • maladie de la prostate
  • kystes sébacés
  • infections vaginales
  • TDAH

Aujourd’hui, dans cette liste, vous connaissez au moins 10 personnes atteintes d’au moins une pathologie.
Je re-précise que ces pathologies ont été traitées avec SUCCES avec l’iode.

Mais pourquoi l’iode a t-elle disparue de nos placards ?

Parce qu’il y a deux types d’iodes. Une organique et une inorganique.
Et comme d’habitude, un débile est passé par là :

En 1948, suite aux recherches de Wolff-Chaikoff sur une possible hypothyroïdie hypothétiquement provoquée par l’inges tion d’importantes quantités d’iode inorganique (recherches réalisées sur les rats et par ailleurs jamais répétées sur l’homme), on conclut qu’il fallait éviter l’iode comme la peste. Ainsi, l’iode fut retiré de la chaîne alimentaire, ce qui provoqua une véritable catastrophe sanitaire dont aujourd’hui encore nous payons les conséquences.

Alors, comment se supplémenter en iode ?

150μg pour l’adulte et 290μg pour une femme enceinte ou qui allaite, c’est clairement insuffisant.

Il est possible que partout, vous puissiez lire qu’au dessus de 1mg, l’iode est considérée comme excessive et potentiellement dangereuse.

Bla bla bla.

En réalité, comme l’ont démontré les médecins d’autrefois et comme nous l’apprennent des travaux plus récents (Ghent, Abraham, Flechas, Brownstein, etc.), l’activité de l’iode dépend des quantités journalières administrées et en particulier :

◆ dosé en microgrammes (μg), il est nécessaire pour la synthèse des hormones thyroïdiennes ;

◆ dosé en milligrammes (mg), il est nécessaire pour : – atteindre un niveau de santé optimal ;
– prévenir et traiter la mastopathie fibrokystique ;
– prévenir et traiter le cancer
– la défense civile en cas de pollution nucléaire.

◆ dosé en grammes (g), il est nécessaire pour traiter différentes pathologies (dermatologiques, fongiques, pulmonaires, cardiovasculaires, etc.).

Comme nous l’avons déjà vu, les niveaux d’iode absorbés ont diminué de 50 % au cours des trente dernières années. Durant cette période, nous avons assisté à l’augmentation des maladies auto-immunes, des cancers de la thyroïde, du sein et de la prostate, et de nombreuses autres maladies, dont la fibromyalgie etle syndrome de fatigue chronique.

NB : pour notre part, c’est une professionnelle qui nous la conseillé : l’iode se prend à 5 gouttes par jour dans un verre d’eau.

https://amzn.to/2CJ9nxQ

A quel point la carence en iode est commune à tous ?

Les résultats des tests de charge iodique effectués par Abraham,Flechas, Brownstein et d’autres médecins sur plus de 30 000 patients ont montré une carence en iode dans 95 % des cas que la très grande majorité des gens souffrent de carence en iode.

https://amzn.to/2CJ9nxQ

Quelques données à savoir :

Le Japon constitue une intéressante expérience naturelle sur les effets de l’iode et sur sa sécurité. On estime que de nombreux Japonais absorbent environ 14 mg d’iode par jour, c’est-à-dire plus de 100 fois l’AJR, à travers leur consommation d’algues.

Différentes études épidémiologiques menées dans de nombreux pays ont montré que l’incidence du cancer du sein augmente avec la diminution des niveaux d’iode dans la population. Des recherches réalisées sur les animaux ont confirmé qu’une structure et un fonctionnement optimaux de la glande mammaire exigent sans cesse de bonnes quantités d’iode.

page141image5891552

Dès 1896, un lien possible entre hypothyroïdie et cancer du sein fut établi, et l’usage thérapeutique de l’iode dans le traitement du sein fut décrit pour la première fois.

Le Dr Brownstein a réalisé une étude sur 18 patientes, soit 8 atteintes d’un cancer du sein et 10 autres bien portantes. Il a constaté qu’elles présentaient toutes de faibles niveaux d’iode (ce qui confirme le caractère épidémique de la carence). Mais la chose importante, c’est que les 8 patientes atteintes d’un cancer avaient des taux d’halogènes toxiques – brome et fluor – résolument plus élevés que ceux des autres. Bien que limitée et certainement pas conclusive, cette étude semble indiquer que l’une des causes de l’augmentation des cas de cancer au sein ces dernières décennies est une plus forte exposition à ces halogènes toxiques.

Le sujet est beaucoup trop vaste pour tout dire

Oui, tout est très fournit en explication, mais je ne peux pas tout dire.
Pour ceux qui veulent TOUT savoir de ce sujet, dites le moi en commentaires, et je vous fournirais un PDF 😉

Pour se fournir de l’iode :
https://amzn.to/2CJ9nxQ

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.